En poursuivant votre navigation, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation et notamment l'utilisation des cookies. Pour en savoir plus

X

Blogue TV5

Blogue TV5

retour aux blogues

Îles et elle

Okinawa

ÉCRIT PAR : Sophie Fouron
PUBLIÉ LE : 4 octobre 2016

Les tournages en Asie sont aussi exaltants qu’épuisants. Tout le monde a hâte de partir, le dépaysement est garanti et la fatigue… assurée.

Je dis souvent à la blague que le décalage horaire est la pire invention du monde, et celui vers l’Asie est monstrueux. Douze heures de décalage, c’est forcer son corps à travailler la nuit et dormir le jour.

J’ai donc vécu mes premières journées à Okinawa dans une semi-brume. Cette île qui me fascinait tant par son histoire et ses habitants centenaires m’a paru plutôt grise, bruyante et américanisée. Okinawa est loin de l’idée que l’on se fait du Japon. C’est un mélange particulier de traditions insulaires et de l’Amérique des années 50 (il existe encore plusieurs bases militaires américaines sur l’ile depuis la Seconde Guerre mondiale).

Il faut véritablement sortir de Naha, la capitale, pour découvrir les beautés d’Okinawa et des îles environnantes (dont les îles Kerama où l’on a tourné).

HeapMedia41199

Sur l’île d’Aka, dans l’archipel Kerama

Puis, il y a les gens.
HeapMedia41197

Kiku, ma nouvelle amie de 85 ans

Okinawa est reconnue pour avoir la plus grande concentration de centenaires au monde. Ici, on vit plus vieux et en meilleure santé. Cette particularité est liée à plusieurs facteurs, dont le mode de vie, l’importance des liens familiaux et l’alimentation, qui est composée principalement de soja, de légumes et d’algues. Je me faisais une joie de goûter à cette diète légendaire, mais les affres du décalage horaire en ont décidé autrement.

J’avais faim à des moments inopportuns (en plein milieu de la nuit, peut-être ?) et je ne pouvais rien avaler avant midi. Vous savez ce qui m’a sauvé la vie ? Un Family Mart en face de l’hôtel ! Ces dépanneurs ouverts 24 heures sur 24, extrêmement populaires en Asie, nourrissent littéralement à l’année des travailleurs, étudiants ou parents pressés. Il y a des Family Mart (ou des 7-Eleven) à tous les coins de rue; ces convenience stores m’ont été d’un support précieux.

Je suis devenue accro à cette restauration on ne peut plus rapide : délicieux buns de porc (présentés dans un réchaud à côté de la caisse !), lait au coco et tapioca, café chaud ou froid en canette, fruits et noix séchés : tout était bon !

HeapMedia41195

Un bun au porc de dépanneur okinawaïen. Dé-li-cieux !

HeapMedia41196

Ce fut donc, à quelques exceptions près, « ma » diète okinawaïenne pendant une grosse semaine ! À Ogimi, ville de centenaires par excellence, j’ai tout de même eu droit à un vrai repas de longévité.

La brume s’est levée et l’expérience fut complète. Arigatou Gozaimazu Okinawa !

HeapMedia41198

Lunch à Ogimi, ville de centenaires. :)
Mon périple
  • Montréal-Toronto
  • Toronto-Taipei
  • Taipei-Okinawa
Îles et elle

Suggestion